Renforcement de capacité des SFD, le projet ADAPAMI outille des Responsables Financiers et Opérations des Institutions Partenaires

« La budgétisation sensible au genre », c’est la thématique objet de la formation des Responsables Financiers et Planification des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) partenaires du projet ADAPAMI pendant les trois premiers jours du mois de juillet 2020.

L’atelier a été organisé au Centre CPILD sise quartier vodjè-centre à Cotonou et a été animé par Mme. Yvette ONIBON DOUBOGAN, Présidente du Cabinet « Yara Obirin Didé », par ailleurs Maitre de Conférence au Département de Sociologie de Développement à l’Université d’Abomey-Calavi et Présidente du Conseil d’Administration du Système Financier Décentralisé ALIDé. Elle a été assistée par Mme Esther ODE OROU, Administratrice de Projets et Consultante du Cabinet « YOD ».

En effet, à la suite de l’atelier de sensibilité des Dirigeants tenu le 24 juin dernier, le projet concrétise une nouvelle phase de son plan d’actions sur le volet genre en procédant à la formation des opérationnels impliqués dans les planifications stratégiques au niveau des Institutions.

Mme. Sylvie ADOHINZIN EHAKO, Conseillère genre et Représentante du Directeur du projet à l’occasion a salué l’engagement des SFD partenaires à œuvre pour l’amélioration de l’équilibre social en ce qui concerne le genre. « ADAPAMI œuvre pour une continuité de l’action, même après le projet », a-t-elle martelé. Enfin, la Conseillère Genre de ADAPAMI a exhorté les bénéficiaires à œuvrer à l’application des nouvelles notions à travers les prochains plan d’action à court terme de leurs Institutions respectives.

Une vingtaine de cadres des SFD venaient ainsi d’être outillés à l’intégration du genre dans les paramètres de planification opérationnelle et stratégique dans les Institutions du secteur de la microfinance. Ces participants n’ont pas manqué d’adresser leurs remerciements au projet ADAPAMI. La compétence de la formatrice a été également saluée pour avoir exploité ses ressources de chercheur mais aussi d’acteur du secteur de la microfinance pour répondre efficacement à leurs attentes.

Les actions de ADAPAMI portent déjà ses fruits sur plusieurs plans dans le secteur. En ce qui concerne le genre, un nouveau pas venait d’être posé et de meilleures avancées peuvent être espérées à moyen terme, au regard des multiples actions de M. Maurille Maurice COUTHON, à travers le Projet.