Rencontre des Dirigeants des SFD du Bénin, le Consortium Alafia et le projet ADAPAMI œuvrent pour la prise en compte du genre et de l’environnement dans les stratégies de Institutions

La promotion du genre et la préservation de l’environnement sont deux volets importants de l’intervention du Projet d’Appui au Développement, à la Professionnalisation, et à l’Assainissement de la Microfinance (ADAPAMI) au Bénin.

Éveiller la sensibilité des acteurs clés des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) que sont les Directeurs Généraux (DG), Présidents de Conseil d’Administration (PCA) et Secrétaires Généraux sur l’Égalité Femme-Homme (EFH) et sur l’Environnement, c’est l’approche retenue par le projet ADAPAMI pour appuyer les Points Focaux (PF) dans leur mission dont le rôle est de stimuler une plus grande prise en compte de ces questions dans les activités quotidiennes des Etablissements de Microfinance.

Le Chant d’Oiseau de Cotonou a abrité ce mercredi 24 juin 2020 une rencontre des dirigeants des SFD du Bénin sur la question et a connu deux allocutions à l’ouverture.

A l’entame M. Ignace C. DOVI, Directeur de l’Association professionnelle des SFD du Bénin (Consortium Alafia) a d’abord salué l’intérêt accordé par le Projet ADAPAMI aux actions de l’Association et au sujet relatif à l’EFH et à l’environnement avant de remercier l’ensemble des participants pour avoir répondu à l’invitation en cette période de crise sanitaire et d’observance des mesures barrières. Selon M. Dovi, « il existe encore de disparités liées au sexe au niveau du secteur de la microfinance et notamment dans les SFD, …et ces disparités ne peuvent être corrigées sans actions concrètes de la part des principaux dirigeants des Institutions ». Enfin, le Directeur de l’Association a attiré l’attention des participants sur le fait que la notion relative à l’environnement mérite une meilleure attention des SFD, car cela présente de nombreuses retombées positives.

L’ouverture de l’atelier a été prononcée par Mme. Sylvie ADOHINZIN EHAKO, Conseillère genre et Représentante du Directeur du projet à l’occasion. Selon Mme ADOHINZIN, l’atelier vise à encourager la prise en compte du Genre dans le processus de planification, de programmation et de budgétisation par les Systèmes Financiers Décentralisés (SFD). A cet effet, elle a félicité au nom du projet, les SFD partenaires pour avoir franchi le premier pas, celui de se doter d’une stratégie. « Mais le gros défi reste sa mise en œuvre effective », a-t-elle martelé.

Et pour outiller les participant à l’atteinte des objectifs, trois sous-thématiques ont fait l’objet de communications et ont été présentées par différents experts :

  • Stratégies et Plans d’Actions EFH : Importance et défis de mise en œuvre dans les SFD, présentée par M. Ari Kamar ;
  • Importance et utilité de la budgétisation sensible au genre dans les SFD, présentée par M. Ilarion GUEDEGBE ; et
  • Contribution des SFD dans la lutte contre le changement climatique et la finance verte; Mme. Ester ODE OROU.

Il est partagé que tout processus de développement durable devra toucher trois dimensions à avoir : l’économie, le social et l’environnement. Ces trois éléments étant au cœur des sujets de cette rencontre organisée par le Consortium Alafia avec l’appui de ADAPAMI, il y a bien de raisons d’espérer que la microfinance soit l’une des principales pulsions du développement de notre nation, le Bénin.