Mesures d’atténuation des effets socio-économiques de la pandémie de COVID-19 au Bénin, la clientèle des SFD bénéficiaires des mesures sociales de l’Etat

L’information émane du compte rendu du Conseil des Ministres en date du mercredi 10 juin 2020. Selon le communiqué rendu public par Me. Alain OROULA, Ministre de la Communication, « la crise du COVID-19 s’est rapidement muée en une crise économique mondiale. Elle a engendré des chocs qui appellent la prise de mesures pour en atténuer les effets, aux fins de la relance de l’économie.

En vue d’appréhender en toute objectivité l’ampleur des impacts de la crise, le Gouvernement a organisé des échanges avec les différents acteurs économiques. Il ressort de cette démarche participative que plusieurs agents économiques sont affectés, notamment les artisans, les entreprises ainsi que les ménages pauvres et extrêmes pauvres.

Par ailleurs, dans le but de favoriser l’efficacité des mesures barrières prises par le Gouvernement, plusieurs activités ont été suspendues. Il en est résulté des conséquences négatives sur la viabilité des entreprises touchées.

Aussi, pour atténuer les effets de ces chocs, le Gouvernement a-t-il initié un programme de soutien au secteur productif. Celui-ci comporte des mesures en faveur des entreprises formelles, des artisans et petits métiers de services de l’informel ainsi que des personnes vulnérables que sont les pauvres et extrêmes pauvres.

Evaluées à 74,12 milliards de FCFA, les mesures contenues dans ledit programme s’articulent en trois grands points. Il s’agit de :

  1. Un soutien d’un montant de 63,38 milliards de FCFA au profit des entreprises.

Cette dotation est destinée à la prise en charge, selon le cas, de 70% du salaire brut des employés déclarés sur une période de trois mois, au remboursement des crédits de TVA, à l’exonération du paiement de la taxe sur véhicule à moteur pour ceux qui ne l’ont pas encore payée au titre de l’année 2020 ou à sa conversion en crédit d’impôt, au titre de l’année 2021, pour ceux qui l’ont déjà payée, à la prise en charge des loyers commerciaux sur trois mois au profit des agences de voyage déclarées.

Elle est également destinée à la prise en charge intégrale des factures d’électricité pendant 3 mois pour les hôtels et les agences de voyage à hauteur de 4,1 milliards de FCFA.

Ce point intègre également un fonds de bonification de 30 milliards de FCFA au support d’une ligne de financement de 100 milliards de FCFA à taux zéro au profit des acteurs économiques ciblés via les établissements bancaires et les systèmes financiers décentralisés (SFD). Les crédits qui seront accordés via les établissements bancaires à zéro pour cent (0%) de taux d’intérêt seront remboursables sur une période de trois (3) ans maximum. Quant aux crédits accordés par les SFD, ils seront remboursables sur une période d’un an maximum.

  1. Un appui de 4,98 milliards de FCFA destinés aux artisans etceux exerçant de petits métiers.

Il prend en compte 55.000 personnes de ces catégories (activités telles que : coiffure, couture, soudure, menuiserie, petites vendeuses, etc.) qui se sont inscrites sur la plateforme digitale ouverte à cet effet, ainsi que dans les mairies et centres de promotion sociale.

  1. Une subvention de portée générale, qui s’applique à tous les citoyens, sur les tarifs de l’électricité et d’eau pour un montant de 5,76 milliards de FCFA.

A tout ceci s’ajoutera une subvention particulière au profit des pauvres et extrêmes pauvres dès la fin de l’opération de leur identification qui est en cours. »

Trois Ministres du Gouvernement, dont Mme Véronique TOGNIFODE MEWANOU, Ministre des Affaires Sociales et la Microfinance, étaient devant la presse ce jeudi 11 juin 2020 pour expliquer les détails de ces mesures sociales du Gouvernement.

Parmi les bénéficiaires de ces mesures il est évident qu’il existe bon nombre qui sont clients des Systèmes Financiers Décentralisés. De plus, on apprend qu’un volet le filet social mis en place par le Gouvernement concernerait le secteur financier.

Il s’agirait d’un fonds de 100 milliards de FCFA pour prendre en charge les charges financières des crédits consentis aux clients MPME par les institutions financières, banques et établissements de microfinance. Ceci pourrait être opérationnel dans peu de jours et il est fort probable que le volet concernant les établissements de microfinance soit géré avec l’expertise du Fonds National de la Microfinance (FNM).

Il est espéré que ces mesures annoncées au profit des clients impactent d’une manière ou d’une autre les performances des institutions face aux difficultés de recouvrement notées actuellement, du fait des effets du COVID-19.