Célébration de la 2è édition de la journée mondiale de l’épargne au Bénin : les acteurs se mobilisent pour faire de l’épargne la pierre angulaire de l’inclusion financière au Bénin

L’épargne, c’est « la partie du revenu non immédiatement consommée » ; ceci est un adage courant dans le langage des économistes. Suffit-il cependant de ne immédiatement consommer une proportion de son revenu pour parler d’épargne ? l’épargne est -elle seulement l’apanage d’une couche de la population ? pourquoi épargner et quelle en sont les retombées pour l’économie d’une nation ? Voilà autant de questions qui

justifient la célébration de la journée internationale de l’épargne, édition – 2019.

Instaurée depuis 95 années, la journée internationale de l’épargne a connu sa deuxième édition au Bénin les 30 et 31 octobre 2019. Les célébrations ont été portées par la Société SIG – Groupe et ont eu lieu respectivement à l’amphithéâtre Idriss Débit ITNO de l’Université d’Abomey Calavi (UAC) et à l’INFOSEC de Cotonou. La thématique centrale est « l’épargne, pierre angulaire de l’inclusion financière ». Plusieurs acteurs du secteur dont le Consortium Alafia et l’Agence Nationale de Surveillance des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) y ont été invités.

Trois allocutions ont marqué l’ouverture des travaux :

Dans son mot de bienvenu, le prof OGOUWALE, représentant le recteur de l’UAC a justifié le soutien de l’UAC à cette célébration par le fait que cela s’arrime avec la transformation en cours depuis une dizaine d’années pour l’orientation des formations universitaires vers l’entreprenariat.

Selon M. Armel ALLAVO, Directeur de SIF-Groupe, on se s’aurait parler de l’épargne sans associer les Institutions Financières et donc les Systèmes Financiers Décentralisés. Selon lui l’épargne relève d’un engagement, d’une volonté que du niveau de vie. En cela l’épargne est l’affaire de tous.

Mme le Ministre des Affaire Sociales et de la Microfinance a été représenté aux cérémonies de lancement des travaux par M. Jean Claude FICO, Assistant du Secrétaire Général du Ministère. Selon ce dernier, « les populations épargnent beaucoup mais dans l’informel ». Ainsi, les sensibilisations à l’épargne peuvent s’expliquer entre autres par la non diversification et à la non adaptation des produits des Institutions financières et à l’absence d’éducation financière des populations. Pour lui, les populations ont besoin d’une synergie des différents acteurs.

L’ouverture officielle des travaux a été faite par le M. Adam AFFO, représentant le Ministre de l’Economie et des Finances. Après des félicitions à l’endroit des différents acteurs, il invite les jeunes à aller avec conviction à l’entreprenariat et non par contrainte.

Plusieurs communications et panels ont meublé les deux jours d’activités pour l’inclusion financière. Elles portent entre autres sur : les nouvelles techniques de mobilisation de l’épargne, de l’épargne informelle à l’épargne formelle, l’importance de faire fructifier son épargne etc. En dehors du Consortium Alafia et de l’ANSSFD, les Institutions Financières représentées sont entre autres la CEI-Banque, ACFB, la BOA etc. Certaines compagnies d’Assurance comme Africaine des Assurances étaient représentées. Le partenaire officiel est Ecobank Bénin.