Lutte contre le Blanchiment de Capitaux et le Financement du Terrorisme (LBC/FT) au Bénin : la CENTIF et l’APSFD-Bénin renforcent l’appui aux SFD dans la mise en œuvre des dispositions

Le secteur de la microfinance continue d’améliorer ses capacités pour l’efficacité de sa partition à la Lutte contre le Blanchiment de Capitaux et le Financement du Terrorisme. Le dernier acte résulte d’une synergie d’action entre la CENTIF – Bénin et l’APSFD-Bénin qui organisent du 19 au 22 avril 2021 à Bénin Royal Hôtel de Cotonou, une formation à l’attention des cadres des SFD sur la mise en œuvre efficace des dispositions relatives à la LBC/FT au niveau des SFD du Bénin.

Il s’agit d’une importante action venant combler les attentes des SFD et dont la concrétisation a été épaulée par l’Union Européenne (UE) à travers Expertise France et du Projet OCWAR-M. Selon l’expert Samuel DIOP, Représentant du projet, il s’agit d’un appui de l’UE à quinze pays de la CEDEAO dont le Bénin.

A l’ouverture de l’atelier, M. Louis BIAO, Directeur Général de l’ANSSFD a rappelé combien cette formation est utile pour le secteur. « Si vous recevez des fonds d’origine douteuse c’est bien votre SFD qui va en subir » va-t-il martelé aux participants, pour leur souhaiter une participation active.

Dans son discours d’ouverture officielle de l’atelier, M. Ignace DOVI, Directeur de l’APSFD a adressé ses remerciements à la CENTIF pour tous ses appuis aux SFD et souhaité que l’appui du projet OCWAR-M s’élargisse aux Dirigeants des SFD. Aussi, M. Dovi ne va-t-il pas manquer de lancer un appel aux participants, représentants les SFD à suivre avec assiduité cette formation et surtout à pouvoir appliquer avec rigueur les leçons qui seront apprises. « Je compte sur notre capacité à pouvoir relever ensemble les défis qui se posent à nous en matière de LBC/FT . Nous avons relevé d’autres par le passé. Cela ne fera que renforcer la notoriété du secteur de la microfinance au Bénin », va-t-il martelé.

Pour finir le Président de la CENTIF, le Magistrat Célestin KPONNON, a vivement conseillé qu’un tri soit fait entre l’argent utile pour le développement des activités dans notre pays et celui destiné à sa déstabilisation.

Après l’atelier décembre dernier, la seconde vague de formation des acteurs des SFD a donc démarré ce matin et sera clôturée par la troisième session qui prendra fin le vendredi 23 avril 2021.

Les autorités et les acteurs du secteur de la Microfinance continuent leurs efforts quotidiens pour que le Bénin demeure une référence en matière de stabilité et de bonne gestion du système financier.